• Celle qui n'avait rien à vendre...

    Ou la revanche de l'épilateur électrique

    sauf ici

    Il y a quelques minutes, je parlais de  l'épilateur électrique que je me suis acheté pour Noël. Et je disais dans le même article que je n'avais rien à vendre. 

    Et bien comme je ne suis pas à un paradoxe près, j'ai décidé de changer d'avis. J'ai toujours lu avec admiration les blogs féminins où les filles font des critiques hyper-littéraires du dernier fond de teint qu'elle ont acheté.

    Ces filles sont suivies par des milliers de lecteurs (contrairement à moi, qui n'ai rien à vendre même pas mon blog), elles ont un talent littéraire, un style bien à elle, de l'humour, de la verve, elles te racontent des trucs hypers privés sur leur amoureux, leur chat, leurs enfants, ou des trucs engagés pour sauver plein de réfugiés et arrêter de manger de l'huile de palme. Et voici qu'au beau milieu de toute cette intimité vient éclore un article fort élogieux sur leur dernier achat compulsif, genre un siège auto ou une poële à frire...

    Comme si au milieu de madame Bovary,Flaubert avait rédigé une pub pour des antidépresseurs par exemple, ou Zola nous faisait un super communiqué sur Les Galeries Lafayette dans Au bonheur des Dames. Je suis habituée aux pubs dans le monde audiovisuel mais dans le monde de l'écrit, pas encore tellement. Bref, ça me fait toujours une drôle d'impression. Je me demande toujours: est-ce qu'elle a vraiment écrit ça pour le plaisir, genre elle accorde autant d'importance au siège auto qu'elle vient d'acheter qu'à son combat pour les réfugiés? Est-ce qu'on peut vraiment trouver du plaisir à écrire un article publicitaire? Ou bien est-ce qu'elle a été payée pour ça?  Et bien comme je démarre dans le monde du blog, j'ai décidé d'essayer par moi-même!

    Voici donc mesdames et messieurs, sous vos yeux esbaudis, mon premier article publicitaire pour l'épilateur Techwood TCo-6002 (waouh, je kiffe le nom déjà!)

    Alors déjà, je vais vous raconter notre première rencontre, au coeur des rayons animés de Stockmania. C'était l'hiver, peu avant Noël. Je cherchais dans ces galeries marchandes immenses le sabre lazer que mon fils avait commandé (eh oui on n'est pas tous décroissants et anti-société de consommation dans la famille, que ceux qui veulent me jeter la première pierre commencent par faire un gosse). Soudain, je le vis, je rougis, je palis à sa vue. Un épilateur électrique! Mon rêve! J'attendais ça depuis tant de temps! Ma toison frémit de peur sous mon blanc slip délavé: "les gars, je crois que c'est la fin!" Tandis que la partie de mon cerveau ayant ingéré le plus d'articles de Elle et Biba (dans la salle d'attente du psychologue essentiellement - je rassure le lecteur légitimement choqué par cette information) se réjouissait de cette trouvaille: tu vas enfin devenir une vraie femme! Et pour moins de trente euros! Fini le look de primate décroissante, place à la Laëticia Casta qui sommeille en toi (bien profondément je l'avoue)! Aussitôt dit aussitôt fait! Notre première étreinte eu lieu dans la queue de la caisse de Stockmania. La vendeuse nous jeta un regard complice. Notre union fut consommée le soir même, ta caresse sur ma cuisse et dans des endroits moins recommandables me fit enfin me sentir une vraie femme.

    Bref pour trente euros:

    - Je me suis réconciliée avec mon corps.

    - J'ai découvert ma féminité cachée.

    - Je suis devenue une vraie femme!

    Alors là, si la marque me file pas de la thune, je sais pas ce qu'il leur faut! Remarquez la répétition du mot "épilateur", idéale pour tromper l'ami google, ainsi que les liens habillement dissimulés dans toute la page!

    Voilà, c'était mon premier article non sponsorisé  pour un produit de consommation! Y a pas à dire, j'ai kiffé! peut-être même qu'il y en aura d'autres.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :